APPEL A MANIFESTATION D’INTERET : Etude exploratoire santé mentale et soutien psychosocial de la population du Tanganyika – RD Congo

MDM


Réalisation d’une étude exploratoire sur les représentations sociales, les besoins et les ressources liés à la santé mentale et au soutien psychosocial de la population du Tanganyika

1.CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Comme dans de nombreux pays impactés par des crises complexes, la République Démocratique du Congo (RDC) voit les phénomènes de violences, et en particulier celles basées sur le genre, en constante augmentation. Les conflits armés qui touchent une grande partie de la RDC, dont la province du Tanganyika, ont un impact désastreux sur les communautés, et plus particulièrement sur la condition des femmes et des filles dans les territoires urbains et ruraux. Également, la pauvreté, le faible accès à l’éducation et aux ressources socio-économiques, l’insécurité alimentaire ainsi que l’accès faible ou quasi inexistant aux soins de santé placent la province du Tanganyika dans une situation humanitaire alarmante.
De leur côté, les Violences liées au Genre (VLG) sont un réel problème de santé publique en RDC. Les incidents de protection dans la province du Tanganyika sont en constante hausse, en particulier les violences sexuelles. La violence conjugale envers les femmes, notamment caractérisée par des agressions sexuelles et physiques est omniprésente, banalisée et surtout très peu documentée. Malheureusement, les VLG se heurtent à une absence de services de prise en charge médicale, psychologique et sociale et de mesures de protection et de réinsertion, ce qui a un impact non négligeable sur la santé mentale et le bien-être des populations.
Par ailleurs, les soins de santé mentale ne sont garantis que dans une très faible mesure en RDC et totalement inexistante dans de nombreuses régions du pays. Des manques criants, notamment pour ce qui est du financement des soins, de l’infrastructure et du personnel qualifié en santé mentale, font que la prise en charge des détresses psychologiques et des troubles mentaux ne peut pas être assurée en RDC, et plus spécifiquement dans le Tanganyika.
Ce désert de services pour la réponse aux VLG dans la sphère psychologique et psychosociale tend à compliquer le travail des prestataires de soin des CS appuyés et de l’équipe médicale et psychosociale de MdM-Fr dans la gestion des cas et la prise en charge des survivants.e.s de VLG.

Action de Médecins du Monde France en RDC

MdM-Fr une association de solidarité internationale qui a pour mission de soigner les populations les plus vulnérables dans des situations de crises et d’exclusion partout en France et dans le monde. Ses actions ont pour but de faciliter l’accès au système de santé en travaillant sur 5 thématiques prioritaires structurant ses combats et ses plaidoyers : urgences et crises, santé sexuelle et reproductive, réduction des risques, migrations, droits et santé et santé-environnement.
Brève description du projet
MdM – Fr est présent depuis 2014 en RDC à Kinshasa avec des projets de développement principalement visant l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive (SSR) des jeunes et adolescent.e.s.
Dans la province du Tanganyika, à l’est de la RDC, MdM-Fr est positionné sur la thématique urgences et crises visant à rétablir l’accès équitable aux soins de santé de base suiteaux violences intercommunautaires causant la rupture dans l’accès aux soins.
En 2018, un projet d’urgence ayant focus sur les Soins de Santé primaire (SSP) intégrant les thématiques SSR/VLG, est lancé dans la zone de santé de Nyemba (territoire de Kalemie ). MdM-Fr y appuie 10 unités de soins (9 centres de santé et 1 centre de santé de référence), dans le déploiement et la mise en œuvre du Paquet minimum d’Activités (PMA) avec un focus sur les SSP, SSR/VLG et Nutrition et l’accès gratuit des soins aux populations affectées par les conflits (populations hôtes, déplacés internes et retournés) dans 8 aires de santé (AS) de la zone de santé (ZS) de Nyemba.
Depuis, MdM-Fr est également intervenu dans plusieurs zones de santé de la Province en réponse notamment aux mouvements de population liés aux conflits et aux épidémies.
En mai 2021, MdM-Fr lance un nouveau projet d’urgence d’appui nutritionnel et de santé aux populations de la ZS de Nuynzu, également dans la province du Tanganyika. Le PMA incluant les SSP, la SSR, la réponse aux VLG et la Nutrition y est déployés dans 2 centres de santé (CS) et 1 Hôpital général de référence (HGR) appuyés.

À partir de janvier 2021, avec le recrutement d’une référente VLG/SMSPS sur la mission RDC, MdM-Fr a permis d’intégrer progressivement des activités en santé mentale et soutien psychosocial (SMSPS) sur ses projets, et plus spécifiquement dans la réponse aux Violences liées au Genre (VLG) au Tanganyika. Une Superviseuse VLG et deux agents psychosociaux (APS) ont été recrutés en juin 2021 afin de mettre en œuvre une approche par la gestion de cas dans la prise en charge des cas de VLG sur le projet couvrant la ZS de Nyemba. Les deux travailleuses sociales (APS) ont initié des sessions d’écoute individuelle dans les 9 centres de santé appuyée par le projet et au niveau communautaire et ont permis une prise en charge de qualité et holistique des survivants.e.s de VLG. Elles travaillent conjointement avec les équipes médicales (des CS et de MdM-Fr), l’équipe mobilisation communautaire MdM-Fr ainsi qu’avec les points focaux VLG dans les communautés à l’identification, l’accompagnement et le référencement des survivant.e.s vers les services de prise en charge adéquats et multisectoriels. Le travail des APS permet d’identifier et de répondre aux besoins psychologiques et sociaux de base des survivant.e.s de VLG et de s’assurer de leur adhésion au parcours de soin. Un système de référencement permet d’accompagner et de prendre en charge financièrement le transport des survivant.e.s vers des services externes d’assistance (juridique et judiciaire, psychologique, protection, etc.) afin de faciliter la prise en charge holistique et multisectorielle des VLG.
Dès novembre 2021, des kits de dignité seront distribués aux filles, garçons et femmes survivant.e.s de violences sexuelles et de violences par le partenaire intime (VPI) selon des critères de vulnérabilités préétablis. Également, les CS seront dotés fin octobre 2021 de matériel psychosocial à destination des enfants survivant.e.s de VLG, mais également ceux touchés.e.s par la malnutrition.
Il est force de constater que depuis le déploiement des 2 APS, plusieurs patient.e.s des CS, non-victimes de VLG, ont également sollicité les services d’écoute et de conseil des travailleuses sociales ; et plus particulièrement des femmes et adolescentes. La présence de symptômes de maladies/infections non diagnostiquées, de grossesses non désirées, les situations de pauvreté et/ou de déplacement ou encore de situations familiales complexes sont autant de facteurs pesant sur la santé mentale des patient.e.s non VLG identifié.e.s ayant eu recours aux services d’écoute. Les APS ont non seulement permis de leur apporter un soutien émotionnel mais également de détecter les cas médicaux nécessitant une prise en charge médicale immédiate (suspicion de prolapsus, de fistules, de tuberculose, de cas de choléra, de complications gynécologiques, etc.).
Le besoin d’intégrer plus largement la santé mentale et le soutien psychosocial aux soins de santé primaires incluant les services SSR et la nutrition est évident. La stratégie 2022-2023 de la mission RDC pour la province du Tanganyika implique une intégration globale de la santé mentale dans les Soins de santé primaire (SSP) afin de répondre non seulement aux personnes souffrant de troubles mentaux et de détresses psychologiques parmi les populations ciblées par les projets (les activités psychosociales seront notamment étendues à la prise en charge de la malnutrition) mais également dans le processus d’accompagnement des salarié-e-s de MdM-Fr et plus particulièrement des équipes « front line » à savoir l’équipe médicale et paramédicale.. En effet, ces derniers sont soumis à un taux élevé de stress au regard des conditions difficiles de travail (sécurité volatile des axes, manque de ressources humaines dans les CS appuyés, nombre de patient.e.s élevé, cas complexes, complications et décès de patient.e.s, etc.)

Cependant, les barrières liées à la thématique de la santé mentale en République Démocratique du Congo restent importantes au déploiement des activités en SMSPS au sein des centres de santé et dans les communautés alors que les besoins sont existants.
La méconnaissance des stratégies de résiliences et des ressources, des représentations sociales sur la SM et le soutien psychosocial des populations couplé à la diversité ethnique, culturelle, religieuse et spirituelle témoignent du besoin d’étudier et d’analyser le contexte afin de mettre en oeuvre une réponse en SMSPS adaptée. Cette étude permettra autant de nourrir la réflexion de l’organisation sur son approche en SMPS que d’adapter son modèle d’intervention en RDC pour l’améliorer pour la suite du projet.

2.OBJECTIFS DE L’ETUDE

Objectif principal : évaluer les besoins, les ressources et les représentations sociales de la santé mentale et du soutien psychosocial de la population du Tanganyika.

Objectifs spécifiques :

  • Comprendre les aspects socioculturels clés de la santé mentale et du bien-être des populations ciblées par le projet de MdM-Fr dans la ZS de Nyemba
  • Obtenir des données épidémiologiques sur l’état de santé mentale et social des populations
  • Connaitre le contexte dans lequel s’inscrivent les troubles identifiés et les causes et facteurs de stress aggravants et intégrer l’influence possible du contexte sur les niveaux de symptômes émotionnels et la capacité de gestion et résilience des populations
  • Evaluer le degré de correspondance directe entre les termes occidentaux de classification des maladies mentales, des réactions psychologiques et émotionnelles et le lexique des communautés ciblées par l’étude.
  • Découvrir les stratégies et ressources des populations pour adresser leurs besoins en santé mentale et soutien psychosocial, en incluant la place et le rôle des thérapies traditionnelles. Une attention particulière sera portée sur les survivant.e.s de VLG
  • Savoir si les normes de genre identifiées localement ont un impact sur la résilience et l’expression des problèmes psychologiques et sociaux
  • Comprendre comment les populations ayant des problématiques en santé mentale (de la souffrance psychologique aux troubles mentaux sévères) sont prises en charge médicalement dans les structures de soins

3.RESULTATS ATTENDUS

A la fin de l’étude, le rapport final produit doit mettre en exergue les points suivants :

  • Les problématiques de santé mentale existantes, leurs causes et facteurs aggravants dans la zone ciblée par l’étude sont identifiées
  • La manière dont les problèmes de santé mentale et psychosociaux sont exprimés et compris dans le contexte du Tanganyika par les populations est identifiée
  • Les défis à la mise en œuvre de services de soutien en SMPS culturellement approprié dans la ZS de Nyemba sont identifiés
  • Selon les spécificités linguistiques dominantes, des lexiques sont élaborés sur :
    • la santé mentale et le soutien psychosocial
    • les troubles mentaux sévères
    • les types de handicap (retard mental, troubles du comportement et/ou de la personnalité, déficiences physique, auditive, visuelle, etc.)
  • Des recommandations sont élaborées pour :
    • Améliorer la réponse psychosociale sur les projets de MdM-Fr dans la réponse aux VLG et pour développer la dimension santé mentale et mieux l’intégrer dans les SSP
    • Produire une réponse en SMSP appropriée culturellement au contexte où l’étude a été menée

4.METHODOLOGIE

4.1 Type d’étude

Pour mener cette recherche exploratoire, la méthode qualitative sera adoptée et des outils de collecte de données seront élaborés.
La collecte de données qualitatives sera réalisée par le biais de discussions de groupe et d’entretiens avec des informateurs et groupes clés. La collecte des données sera menée par un.e consultant.e recruté.e à cet effet.
Il/elle sera soutenu.e par des interprètes recruté.e.s localement par le/la consultant.e et parlant les langues locales pertinentes ainsi que le personnel local de MdM-Fr si besoin.

Des groupes de discussion seront organisés avec les femmes, hommes, enfants, adolescents de la communauté, avec une attention particulière d’inclusion des personnes en situation de handicap. Et des entretiens semi-structurés seront menés avec des personnes clés afin d’approfondir les idées qui émergent des discussions de groupe.

4.2 Période et site de collecte des données

L’évaluation se déroulera du 1er novembre au 15 décembre dans la zone de santé (ZS) de Nyemba, province du Tanganyika, et plus spécifiquement dans les 8 aires de santé (AS) suivantes : Lubuyé, Tabac Congo, Mtoa, Tundwa, Lukombé, Kyoko, Kisongo, Kabimba.

4.3 Population à l’étude

Afin d’assurer une bonne représentativité, la population sera sélectionnée selon les prismes :

  • Générationnel : enfants, adolescents, jeunes adultes, adultes, personnes âgées
  • Genre : femme, homme, non binaire, autre
  • Statut : déplacé interne, hôte, retourné
  • Situation de handicap
  • Appartenance ethnique (tribu)
  • Statut social
  • Croyances religieuses et/ou spirituelles

La population interrogée lors du déroulement de l’étude sera constituée :

  • D’hommes et de femmes adultes, d’enfants et adolescent.e.s issus de la communauté villageoise
  • De personnes clés de la communauté villageoise : instituteur.rices, chef.fe.s religieux, chef.fe de village /quartier/collectivités, chef.fe de groupement, chef.fe de camp de déplacés, représentant.e d’associations de la société civile, tradipraticien.ne.s, accoucheuses traditionnelles
  • De personnels de santé des centres de santé appuyés et de l’équipe médicale et non médicale MdM-Fr
  • D’experts nationaux en santé mentale

4.4 La revue documentaire

Une revue documentaire (rapports, CR, évaluations, autres documents) sera également faite pour mieux comprendre le contexte et les réalités socio-culturelles de la zone de santé de Nyemba et/ou plus largement de la province du Tanganyika. Elle permettra également d’affiner l’angle d’analyse des informations collectées sur place.

5.PROFIL RECHERCHE

Il est requis du/ de la/ des consultant.e.s :

  • Master de psychologie clinique, si possible spécialisation en psychologie interculturelle
  • Expérience de 5 ans minimum dans la mise en œuvre de projets SMPS
  • Bonne connaissance des standards d’intervention en SMPS et VBG en situation de crise / conflits armés
  • Maîtrise et expérience en matière de recherche qualitative sur des thématiques liées à la santé avec une approche Genre et féministe
  • Expérience professionnelle en Afrique Centrale (en RDC est un plus)
  • Bonne connaissance des systèmes de santé en Afrique Centrale (en RDC est un plus)
  • Excellente maîtrise du français. La maitrise du Swahili est un atout.

6.CALENDRIER PREVISIONNEL

Octobre :

  • Elaboration des Tdr
  • Publication de l’AMI
  • Recrutement du/de la consultant.e

Novembre :

  • Travail préparatoire : 1ère semaine de novembre
  • Réalisation de l’enquête : 1er novembre au 15 décembre

Décembre :

  • Clôture de l’enquête : 15 décembre
  • Analyse des données collectées
  • Partage du livrable et debriefing : 28 décembre

7.DOCUMENTS A SOUMETTRE

Les consultant.e.s et/ou les bureaux d’études qui souhaitent manifester leur intérêt doivent transmettre :

  • Un CV à jour de 3 pages maximum précisant la société d’évaluation à laquelle le/la consultant. e est rattachée tout en précisant le numéro d’identification fiscal car les taxes (impôts et autres) seront payés par le consultant.
  • Une lettre d’intérêt de 3 pages maximum indiquant : expériences dans des conditions semblables, références concernant l’exécution de contrats analogues, disponibilités, proposition budgétaire.
  • Un budget prévisionnel détaillé incluant les frais et coûts suivant :
    • Hôtel et nourriture sur place
    • Crédits de communication sur place
    • Le transport (billet d’avion).
    • La rémunération

Ces manifestations d’intérêt doivent être envoyées à l’adresse suivante :
[email protected] avec en objet la référence RDC – CONSULTANCE – TANGANYIKA avant le 01/11/2021 à 16 h (heure de Kinshasa).

How to apply

Les manifestations d’intérêt doivent être envoyées à l’adresse suivante :
[email protected] avec en objet la référence RDC – CONSULTANCE – TANGANYIKA avant le 01/11/2021 à 16 h (heure de Kinshasa).

To help us track our recruitment effort, please indicate in your email/cover letter where (unjobvacancies.com) you saw this job posting.